Interview avec Fred Marcérou des Dragons Catalans et de FM Strength

Aujourd’hui, je vous propose une excellente entrevue avec le tout nouveau préparateur physique principal du club de rugby professionnel des Dragons Catalans.  Cela fait quelques semaines que nous avons réalisé l’entrevue, mais comme l’annonce de cette promotion n’était pas officielle dans les médias, la publication a été reportée.  Toutefois, cette annonce a été faite aujourd’hui même et Fred m’a donné le feu vert pour publier l’entrevue.  Bonne lecture!

FM1. XRP: Bonjour Fred! Avant toute chose, merci de nous accorder un peu de ton temps pour cette entrevue.  Pourrais-tu te présenter et nous donner un bref résumé de ce qui t’a amené à exercer le métier de préparateur physique?

FM: Bonjour Xavier, et merci de me donner la chance de m’exprimer sur ton excellent blogue. J’ai 31 ans, je suis originaire de Lézignan-Corbières dans le sud de la France et je suis passionné par absolument toutes les disciplines sportives. J’ai pratiqué pas mal de sports en compétition : soccer, athlétisme, tennis, rugby à XV, rugby à XIII ; et en loisir : haltérophilie, musculation, gymnastique, handball, judo, ski, snowboard. Dans ma jeunesse j’étais plutôt parti pour performer en athlétisme, mais à 14 ans j’ai choisi de suivre mes amis en m’inscrivant au rugby à XIII, sport que j’ai ensuite pratiqué pendant 15 ans, dont 6 au plus haut niveau français (Elite). J’ai été sélectionné 15 fois en équipe nationale (U16, Universitaire, Amateur), j’ai remporté 1 fois le Championnat de France Élite et j’ai participé en tant que capitaine de l’équipe de France à la Coupe du Monde Universitaire en 2008 en Australie. C’est la pratique de l’athlétisme qui m’a donné le goût de l’entraînement et de l’effort physique, j’ai conservé cette mentalité et cet intérêt pour l’entraînement pendant toute ma carrière de joueur de rugby. C’est donc tout naturellement que je me suis orienté vers l’Université des Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives de Montpellier pour y faire mes études.

2. XRP: Tu agis présentement à titre de préparateur physique pour les Dragons Catalans, club de rugby à XIII situé à Perpignan dans le sud de la France.  Quel est ton rôle au sein de l’équipe? Quelle relation entretiens-tu au quotidien avec les entraîneurs tactiques  et comment intégrez-vous entraînements de rugby et préparation physique?

FM: Je viens tout récemment d’être nommé chef de la préparation physique de l’équipe professionnelle après avoir été adjoint pendant 1 an. Lorsque j’ai rejoint le club en août 2012 on m’avait confié plusieurs missions : la première était la réathlétisation des joueurs professionnels, pour cela je disposais de toute la confiance du head-coach et du head of performance qui me laissaient planifier de A à Z l’entraînement du joueur blessé, le but étant qu’il réintègre l’entraînement du groupe professionnel en pleine possession de ses moyens. L’entrainement est toujours planifié en étroite collaboration avec le staff médical, nous avions mis en place une réunion quotidienne afin de mettre en commun toutes les informations concernant la progression de la réathlétisation du joueur. Ma deuxième mission était d’assister le head of performance dans la salle de musculation. Ma troisième mission était d’entraîner les joueurs non-sélectionnés la veille et les jours de match. En général, j’essaie d’être très inventif et ludique, car je dois faire face à des joueurs déçus de ne pas avoir été sélectionnés et qui s’entraînent à part du groupe. J’aime donc leur proposer un travail de vitesse spécifique à l’activité à base de jeux et, le lendemain, leur proposer une séance de musculation sortant de l’ordinaire en proposant des protocoles de type « bodybuiding », « strongman », des combos d’haltérophilie, des tests de détente verticale ou horizontale, et un travail de conditioning qui peut être « off feet » ou être un mix de « cond games », lutte et répétitions de sprints. Ma dernière mission était de travailler sur le plan de développement athlétique à long terme en coordonnant le travail physique de l’équipe Junior U19 et du pôle formation U16.

Mes relations avec les entraîneurs tactiques du groupe pro concernaient donc principalement l’état de santé des joueurs blessés, je faisais le lien entre le staff médical et le staff sportif, je n’intervenais ni dans la planification, ni dans la programmation, ni dans les entraînements terrain du groupe professionnel, c’est le head of performance qui avait cette charge. Sur ce point-là, le head-coach, le head of performance et moi-même partagions le même point de vue, nous aimons intégrer au maximum le travail de vitesse ou celui de conditioning à l’activité rugby, soit par du travail associé, soit intégré.

En septembre, lorsque j’ai renouvelé mon contrat, j’ai été nommé préparateur physique en chef de l’équipe réserve qui évolue dans le championnat Élite français (l’équipe professionnelle évolue dans une compétition européenne, nommée Super League, face à des formations britanniques). Une partie de l’effectif de la réserve est professionnelle, je les entraîne le matin en musculation et vitesse. Le soir, j’entraîne la partie des joueurs qui est amateur avant que tout le monde ne se réunisse pour la séance vidéo suivie de l’entraînement technico-tactique.

3. XRP: Au Québec, le rugby est encore méconnu de la plupart des gens malgré un engouement grandissant.  Peux-tu nous expliquer sommairement le type de rugby que vous jouez et quelles sont les qualités physiques recherchées et les filières énergétiques sollicitées pour le pratiquer ce sport à un haut niveau?

FM: Mon sport est le Rugby à XIII, appelé Rugby League dans les pays anglo-saxons, il diffère du Rugby à XV ou Rugby Union, qui est plus développé médiatiquement au niveau mondial. La différence majeure est qu’il y a 2 joueurs de moins sur le terrain, celui-ci conserve les mêmes dimensions et les matches sont d’une durée égale. La principale différence dans le jeu se situe lors de la phase de contact, une fois que le joueur est plaqué il doit se relever et talonner le ballon, la défense doit se replier à 10m avant de pouvoir rejouer. A XV le joueur plaqué doit libérer le ballon qui doit alors être protégé par ses coéquipiers, la défense devant juste rester au niveau de cette phase de conquête appelée ruck. Le Rugby à XIII est donc un sport plus dur physiquement, il ne laisse pas la place à une condition physique défaillante, il comprend plus de temps de jeu effectif et l’on y marque plus d’essais, il y a moins de jeu au pied et de phases statiques. Comme tout sport collectif de collision, le corps du joueur de Rugby à XIII doit résister aux multiples impacts (entre 15 et 50 selon le poste), le travail d’hypertrophie en musculation trouve donc une place importante, d’autant plus que la saison comprend entre 28 et 34 matches et s’étale sur 8 mois. Les qualités physiques déterminantes sont la vitesse, la force, la puissance et l’agilité. Les joueurs jouant sur les côtés ont plutôt un profil puissant–vite alors que ceux du milieu sont plutôt puissant-fort. D’un point de vue énergétique, ce sport demande d’être capable de répéter des efforts intenses (sprints, contacts, sauts, phases de lutte, passages au sol) avec des temps de récupération souvent très courts.

4. XRP: Le rugby est un sport collectif complexe.  Comment planifies-tu l’entraînement des différentes qualités physiques et filières énergétiques au cours d’un cycle de préparation et pendant la saison?  Utilises-tu une périodisation dite concurrente ou parallèle ou une périodisation en blocs?

FM: Ma philosophie personnelle est basée selon ce principe : soit en bonne santé, puis devient fort, puis devient rapide. L’idée générale est d’utiliser le concept de Charlie Francis, la Vertical Integration tout au long de l’année, je travaille donc toutes les qualités physiques dans chaque cycle tout en donnant plus d’importance à l’une d’entre elles en fonction des besoins de l’individu et en restant dans ma philosophie personnelle. Pour la force, en pré-saison ma planification hebdomadaire reprend le concept du Westside Barbell; en saison j’essaye d’avoir au minimum une séance de force/hypertrophie et une séance de force-vitesse chaque semaine. Le travail de vitesse sur le terrain est présent tout au long de l’année. Il comprend toujours : du travail technique, des sprints en ligne droite, des sprints avec changements de direction, de l’agilité, du travail spécifique au poste, chaque catégorie ayant plus ou moins d’importance dans le cycle. Le travail énergétique est surtout présent en pré-saison, j’aime alterner travail physique et travail technico-tactique au sein même de la séance en collaboration avec les entraîneurs. Plus nous avançons vers la phase compétitive et plus les intervalles effort/récupération se rapprochent des ratios de l’activité. Les exercices que je propose sont toujours très proches de l’activité rugby : courses navettes, exercices de Strongman, lutte, répétition de sprints, passages au sol…

5. XRP: Tu as récemment partagé ton expertise comme préparateur physique avec l’Équipe de France de rugby via ton blogue personnel FM Strength.  Comment s’est déroulée cette expérience et quels points forts en as-tu retirés?

FM: En effet ce fût un gros défi que je me suis lancé, partager le contenu des séances d’une équipe nationale lors d’un évènement planétaire sur un blogue c’est un peu se mettre à nu devant un parterre de photographes ! A vrai dire je n’en ai retiré que du positif, toutes les observations reçues ont été très encourageantes et beaucoup d’entraîneurs, d’étudiants, d’athlètes m’ont contacté par la suite pour discuter. Cela m’a motivé pour poursuivre dans ma voie et continuer à progresser.

6. XRP: Finalement, qu’est-ce qui t’attend au cours des prochains mois, autant avec les Dragons Catalans qu’avec FM Strength?  De gros projets en vue?

FM: Je m’attends à avoir pas mal de pression suite à ma récente promotion, car je suis le premier Français à accéder à ce poste. Nous sommes une équipe de haut de tableau, régulièrement qualifiée pour les play-offs, et le fait d’être la seule équipe française 100% professionnelle de rugby à XIII, jouant toutes les semaines contre des clubs anglais, fait que nous sommes suivis de près par tous les pratiquant français de ce sport. L’accession à ce poste me confèrera peut-être moins de temps pour écrire de « gros » articles sur FM Strength, mais je compenserai par des articles plus courts et interactifs concernant mon entraînement ou celui des joueurs pros.

Merci beaucoup Fred pour cette entrevue et encore une fois félicitations pour cette promotion.  Une nouvelle aventure palpitante t’attend!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *