Retour sur le camp de football des Triades de Lanaudière et bien plus!

Bon jeudi à tous.  Désolé du délai depuis la parution de mon dernier article, mais en fin de semaine dernière se tenait le camp de printemps des Triades de Lanaudière.  Trois jours de football et rien que du football, avec du beau temps en plus, pour faire changement des dernières semaines.  Je peux vous dire qu’un camp comme celui que nous avons tenu tire énormément d’énergie, et pas seulement celle des joueurs.  Voici une rétrospective des derniers jours.

Le camp a débuté le vendredi soir par la prise d’informations à propos des joueurs ainsi qu’avec un meeting d’unité, le tout interrompu par la visite des gens du Centre Canadien pour l’Éthique dans le Sport (CCES) dans le cadre d’un contrôle anti-dopage.  Après les rencontres d’unité, nous avons eu la chance de réviser les stratégies vues au tableau sur le terrain pendant une heure.  Ensuite, réunion d’équipe sur l’entraînement, les suppléments alimentaires, ce qu’un joueur doit accomplir pour être un Triade, etc.

Le samedi marquait la journée la plus occupée de tout le camp.  Deux pratiques au cours de la journée où nous avons pu perfectionner notre jeu défensif.  Nous avons également pris le temps de faire passer quelques tests physiques aux joueurs à deux moments de cette journée, dont le fameux 40 verges.  Le porteur de ballon Xavier Bernet s’est particulièrement distingué lors de ce test avec un temps de 4,44 secondes, suivi de près par le receveur de passe François Boulard.

Le dimanche était jour de scrimmage.  Cette partie simulée entre l’offensive et la défensive nous a permis de conclure notre évaluation de tous les joueurs présents lors du camp.  Ardemment disputé, c’est finalement la défensive qui l’a emporté par un pointage de 67-61 (à noter que nous avions un système de pointage particulier pour en arriver à ce score).  Après le scrimmage, l’équipe d’entraîneurs a pris le temps de rencontrer chaque joueur individuellement afin de discuter de son camp et de sa place dans l’équipe.

Bref, un camp très positif dans son ensemble et qui laisser percevoir de très belles choses pour la prochaine saison à venir.  Les vétérans auront une part importante à jouer dans les succès de l’équipe, mais nous avons pu constater que la profondeur et le talent des recrues contribueront également à l’évolution de cette équipe à l’automne.

Maintenant le plus qui figure dans le titre de l’article.  Un camp de football est taxant sur le plan physique, il n’y a aucun doute là-dessus.  Six pratiques en un peu plus de 2 jours, le soleil qui plombe sur vous et le fait que vous devez être présent mentalement pour ne pas commettre sur le terrain.  Par contre, un camp de la sorte est également taxant mentalement, autant pour le joueur que l’entraîneur.  Dans la planification de l’entraînement estival pour les Triades, les joueurs sont présentement en période de transition.  Seulement 2 entraînements à volume et intensité réduite sont au programme cette semaine avant de reprendre l’entraînement intensif la semaine prochaine.  Par contre, je n’avais pas pris en considération cette fatigue mentale dans mon propre entraînement.  Je peux vous dire que mon entraînement de mardi matin était l’un des pires que j’ai eu depuis longtemps.  Je n’ai pas chargé au box squat à cause de mon genou (je vous reviens là-dessus demain!), la paire hip thrust et weighted chin-ups a été limitée à seulement 3 séries et la seconde paire push-ups avec élastique et one-leg SLDL avec 2 dumbbells à seulement UNE série.  Je n’avais plus aucune énergie ni de focus pour poursuivre et terminer mon entraînement.  Même histoire pour mon entraînement d’hier matin, qui a consisté à 3 paires (DB incline press + one-leg squat; one-leg SLDL + seated row; 3-board bench press + reverse crunch) de 2 séries de 8 répétitions.  40 minutes, in et out de la salle de musculation.

Ce qui est important de retenir de tout cela est que le système nerveux doit également être reposé lorsque le besoin se fait sentir.  Le système musculo-squelettique récupère beaucoup plus rapidement que le système nerveux.  L’entraînement intense, le stress, et nombreux d’autres facteurs peuvent drainer le système nerveux de son énergie.  Dans le cas échéant, prendre quelques jours de repos actifs peut s’avérer d’une grande utilité en vue de reprendre l’entraînement, éviter le surentraînement et optimiser les gains lors de la reprise de l’entraînement.  Chose que je vais faire pour les 10 prochains jours, jusqu’à mon retour de Boston!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *