L’analyse de la situation pour l’entraineur : Une étape importante à considérer dans le processus du coaching

Tout entraineur souhaite obtenir du succès. Idéalement, après avoir identifié la raison pour laquelle il pratique ce métier et sa philosophie d’entraineur, celui-ci s’attarde à mettre en place les différentes composantes qui constitueront le processus d’entrainement ou « coaching process ».

Référence : Cross, N., & Lyle, J. (Éd.). (2002). The Coaching Process : Principles and Practice for Sport. Edinburgh: Butterworth-Heinemann

Les auteurs Neville Cross et John Lyle définissent ce processus comme suit : 

« The purposeful improvement of competition performance, achieved through a planned programme of preparation and competition. In normal circumstances, a coach manages this process within a time- and context-bound agreement or contract, although there will be considerable variety in the implementation of the process ». 

Il est possible de traduire cette définition par l’amélioration réfléchie de la performance en compétition au moyen d’un programme d’entrainement qui, dans des circonstances dites normales, fait état d’une collaboration entre l’entraineur et l’athlète; collaboration qui est régie par des contraintes contextuelles et temporelles. Nous reviendrons à ces contraintes un peu plus loin dans ce texte.

Lorsque l’on travaille comme entraineur, il faut posséder une compréhension importante du sport dans lequel l’on travaille. Non seulement du point de vue technique et tactique, mais également sur les plans physique, psychologique et social. Chaque sport est unique et impose des contraintes physiologiques, biomécaniques et mentales particulières sur l’organisme. Pour être en mesure de mettre en place un processus d’entrainement qui améliorera considérablement les chances de succès, il est donc recommandé qu’à un certain moment donné, l’entraineur ait réalisé une analyse des exigences de son sport. Toutefois, cette analyse demeure incomplète si elle n’est pas complémentée par une analyse de la situation d’entrainement.

Comme le mentionne Cross et Lyle précédemment, les contraintes contextuelles et temporelles sont très importantes à prendre en considération lorsque vient le moment de périodiser, planifier et programmer l’entrainement. L’analyse de la situation d’entrainement viendra offrir des informations supplémentaires pertinentes qui aideront l’entraineur dans sa prise de décision. Par exemple, le contexte d’un étudiant-athlète de niveau universitaire sera différent de celui d’un athlète professionnel ou d’un jeune athlète en développement à l’école secondaire. Lorsque l’on travaille avec des étudiants-athlètes de niveau universitaire, il faut être conscient qu’à certaines périodes au cours de l’année, le volet académique prendra le dessus sur le volet sportif, notamment au cours des périodes d’examens ou encore lors de stages en milieu de travail. À cet égard, il faut être en mesure en tant qu’entraineur d’adapter sa planification et sa programmation à cette réalité. Par exemple, je travaille depuis plus d’un an avec une jeune étudiante-athlète qui pratique le patin de vitesse courte piste et qui est également résidente en médecine. Croyez-vous que son entrainement est optimal lorsqu’elle doit travailler de nuit pendant une semaine et compléter en plus ses entrainements sur glace et en salle de musculation? Un autre exemple a trait aux ressources matérielles qui sont à la disposition de ces athlètes. Il peut être difficile dans certains cas de réaliser des exercices comme l’haltérophilie ou des sprints sur de plus longues distances en fonction des installations auxquelles les athlètes ont accès, même si ces méthodes sont les plus favorisées par l’entraineur. Pour ce dernier, il sera donc important de considérer différentes alternatives selon l’accès aux installations et au matériel qui est disponible.

Au niveau temporel, le calendrier universitaire pour un sport comme le basketball est très différent du calendrier de compétition d’un sport comme le football et chaque calendrier présente ses propres défis dans la mise en place du contenu d’entrainement et de récupération. Dans certains sports, la saison de compétition s’étire sur plusieurs mois alors que pour d’autres, la saison de compétition est limitée à quelques semaines. Les choix que devra faire l’entraineur concernant sa périodisation, sa planification et sa programmation seront donc fortement influencés par la fréquence des compétitions et le temps à sa disposition pour préparer les athlètes et son équipe ainsi que le temps de récupération nécessaire. 

Ainsi, la mise en place du processus d’entrainement par l’entraineur est influencée par plusieurs contraintes qu’il faut considérer avant son exécution. La préparation de ce processus est donc primordiale pour l’entraineur, qui ne peut pas qu’uniquement réagir à la réalité du moment. Il convient donc à l’entraineur de bien savoir gérer le compromis entre les actions de préparation et de régulation dans leur application au quotidien tout en ayant pleine conscience des contraintes contextuelles et temporelles qui régissent l’entrainement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *