La barre olympique, indispensable en entrainement?

Peut-on se passer de cette pièce d’équipement lorsque l’on met en place un programme d’entrainement?

La barre olympique demeure un outil parmi plusieurs autres

Afin de développer les différentes aptitudes physiques (force, vitesse, endurance, souplesse, etc.), l’entraineur dispose d’une multitude d’exercices, d’éducatifs et d’équipements parmi lesquels il peut choisir afin de mettre en place un programme d’entrainement périodisé selon les exigences du sport, le calendrier de compétition, les objectifs à atteindre et les besoins de l’athlète ou de l’équipe. Pendant ce processus, il doit également prendre en considération différents facteurs comme les ressources temporelles, matérielles et humaines requises à introduire, à enseigner et à peaufiner l’exécution d’un exercice comme l’haltérophilie, par exemple.

Or, depuis septembre dernier, j’ai l’opportunité de faire partie de l’équipe de kinésiologues et de préparateurs physiques qui encadrent le développement athlétique de jeunes étudiants-athlètes de trois programmes Sports-Études à l’école secondaire Le Triolet. Bien que nous ayons accès à d’excellentes installations et que nous possédons des équipements variés, vous comprendrez que la mise en place d’un programme d’entrainement peut s’avérer un défi lorsque 80 étudiants-athlètes se trouvent en même temps dans la salle de musculation. Parfois, ce qui est inscrit sur ton programme d’entrainement doit être vite remplacé parce que tu ne disposes pas de l’équipement que tu as besoin pour réaliser ton prochain exercice. Face à cette réalité, voilà l’une des raisons pour laquelle je n’ai pas utilisé d’exercices réalisés avec une barre olympique avec les deux groupes de hockey avec lesquels je travaille depuis le début de l’année scolaire 2018-2019.

« Why Athletes Should Avoid The Bars »

Des exercices comme le squat, le soulevé de terre et les mouvements d’haltérophilie sont fréquemment utilisés dans les programmes d’entrainement d’athlètes de tous les niveaux. Ceux-ci permettent le développement d’aptitudes physiques comme la force et la puissance et une certaine coordination intra et intermusculaire qui peut se transférer par des améliorations de la performance en saut vertical et en sprint court, notamment. 

Toutefois, je suis plutôt d’accord avec les propos de Steve Myrland, ancien préparateur physique dans la Ligue nationale de hockey, comme quoi ces exercices limitent la capacité du corps à bouger dans différents plans de mouvement et accentue la rigidité du corps, principalement au niveau thoracique. Pour ce qui est des contraintes imposées au niveau lombaire, le préparateur physique Mike Boyle affirme qu’un exercice comme le squat bilatéral présente un ratio risque:bénéfice plus grand qu’un squat unilatéral par exemple et qu’il s’agit là d’une des raisons pour laquelle il n’utilise plus le squat avec les athlètes avec qui il travaille.

Avec les jeunes étudiantes-athlètes de hockey féminin, le programme d’entrainement est conçu de manière à ce que je puisse sélectionner différents exercices en fonction de la thématique de la journée. Par exemple, la thématique de notre premier jour d’entrainement de la semaine est la vitesse. Puisque, pour cette séance, nous sommes dans la zone D et avons accès à la surface de gazon synthétique et aux caissons de pliométrie, je privilégie des exercices comme le sprint court, le travail d’appuis, les sauts, les lancers avec ballon médicinal et des dérivés d’haltérophilie qui sont réalisés avec des dumbbells.  

Je souhaite que les exercices réalisés reflètent la thématique de la journée d’entrainement.

Lors de la seconde journée d’entrainement, nous nous trouvons habituellement dans la zone B, qui inclut 4 cages à squat et deux plateformes d’haltérophilie. Vous comprendrez qu’avec un groupe de 15 étudiantes-athlètes, l’espace peut être un peu restreint. Afin de gérer le déroulement de la séance, il est plus facile d’opter pour des exercices avec dumbbells, avec poids de corps ou autres accessoires comme le ballon suisse, les ballons médicinaux ou le TRX. Cela ne veut pas dire qu’il est impossible de travailler fort. Au cours de cette seconde séance, les filles réalisent des exercices comme le Rear Foot Elevated Split Squat, des chin-ups, du développé couché avec dumbbells, etc. Il est donc possible de cibler les aptitudes de force sans avoir recours à la barre olympique.

Pour conclure, il n’est pas nécessaire d’inclure des exercices avec une barre olympique dans votre programme d’entrainement. En fait, il est possible d’atteindre vos objectifs d’entrainement sans utiliser cette pièce d’équipement. Je suis même convaincu que les athlètes avec qui vous travaillez peuvent en retirer autant de bénéfices. Il existe en fait une multitude d’équipements qu’il est possible pour vous d’utiliser selon le contexte dans lequel vous travaillez. Il est important de maitriser les différents principes d’entrainement afin de permettre aux athlètes de progresser tout en diminuant le risque de blessure et de posséder un brin de créativité; l’entrainement étant à la fois une science et aussi un art. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *