LES DIFFÉRENTS STADES DE LA FORMATION ET DU DÉVELOPPEMENT D’UN GROUPE

La rentrée scolaire et l’automne sont synonymes de la reprise des activités pour plusieurs équipes sportives. Il est possible que de nouveaux visages se joignent à l’équipe, autant chez les joueurs que chez les entraineurs et membres de l’équipe de soutien, tandis que certains membres peuvent également avoir quitté.

Au cours d’une saison, une équipe et ses membres passeront au travers différents stades dans son développement. L’une des premières responsabilités de l’entraineur sportif est d’identifier à quel stade se situe l’équipe qu’il a sous sa responsabilité.  J’ajouterais même qu’il est important pour les joueurs d’être en mesure de reconnaître à quel stade leur équipe se situe dans le développement d’un groupe.

Whitmore (2009) identifie trois principaux stades de développement d’un groupe : (1) le stade d’inclusion; (2) le stade d’affirmation; et (3) le stade de coopération. 

Dans le stade d’inclusion ou « forming stage » (Tuckman, 1965), les membres de l’équipe cherchent à déterminer leur place dans l’équipe. Ce stade peut comporter son lot d’émotions pour plusieurs joueurs alors qu’ils cherchent l’approbation de leurs pairs et l’acceptation au sein du groupe. À ce stade, l’entraineur peut encourager la tenue d’activités favorisant la cohésion, comme la tenue d’un camp d’entrainement par exemple, ou l’identification de champs d’intérêts communs à plusieurs joueurs afin de favoriser les relations interpersonnelles et les discussions. 

Dans le second stade, celui d’affirmation, les joueurs cherchent à tester les limites mises en place par l’entraineur ou le groupe et à affirmer leur place au sein de l’équipe. Cette étape, aussi appelée « storming stage », peut donc présenter son lot de conflits et de tensions à l’interne entre les joueurs de l’équipe. Pour l’entraineur, il est toutefois primordial de reconnaître que cette compétition est nécessaire et tout à fait normale et que les joueurs devront résoudre ce conflit s’ils souhaitent atteindre le dernier stade, soit le stade de coopération ou « performing stage ». 

Dans ce troisième et dernier stade, les conflits sont résolus et l’énergie de l’équipe est dirigée vers l’atteinte d’un but commun. Les relations interpersonnelles entre les joueurs atteignent un stade d’interdépendance en fonction des capacités et rôles de chacun. Pour l’entraineur, il est important à ce stade de maintenir la cohésion de l’équipe.

Un autre stade a cependant été identifié par l’entraineur Paddy Upton, et c’est celui de l’ajournement. Il s’agit ici de souligner la fin d’une saison, la fin d’une équipe et la possible fin de carrière de certains membres de l’équipe. 

Il s’agit surtout de souligner la participation et la contribution de chacun dans le succès et le progrès réalisé au cours de la saison. Une fois cette étape célébrée, il est possible pour l’entraineur d’évaluer la saison qui vient de se terminer afin de bien préparer la saison suivante.

Références

Tuckman, B. W. (1965). Developmental Sequence in Small Groups. Psychological Bulletin63(6), 66‑81.

Whitmore, J. (2009). Coaching for Performance : GROWing human potential and purpose – The coaching principles and practice of coaching and leadership (Fourth edi). London, UK: Nicholas Brealey Publishing.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *