L’agilité dans les sports collectifs

Le débat fait rage depuis plusieurs années. Qu’est-ce que l’agilité? Est-ce l’unique réalisation d’un mouvement qui implique une décélération suivie d’une accélération? Qu’est-ce qui différencie un changement de direction et l’agilité?

Un changement de direction décrit un mouvement au cours duquel il n’y a aucune réaction à un stimuli externe. Alors que l’agilité, en contrepartie, implique un processus cognitif en réponse à un stimuli. Cela exige une réponse motrice rapide et précise de l’athlète.

Il faut donc plus que de simples éducatifs à l’aide de cônes et du travail dans des échelles pour développer l’agilité. En fait, ces exercices proposés ne développent que la composante technique de l’agilité.

Pour développer la composante physique, plusieurs exercices et méthodes d’entrainement peuvent être utilisés pour développer la force, la puissance et optimiser l’utilisation du cycle étirement-raccourcissement.

Pour développer la composante cognitive, l’intégration de jeux réduits est attirante. L’entraineur peut ainsi varier les scénarios et manipuler différentes contraintes afin de refléter ce qui se déroule en situation de match. L’utilisation du concept du Search-Decide-Execute de Len Zaichowsky dans son livre The Playmaker’s Advantage est très à propos.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *