Est-ce que l’entrainement en résistance aide les athlètes à mieux performer?

Afin de mieux performer, les athlètes complémentent leur pratique sportive par l’entrainement en résistance. Les études scientifiques démontrent en effet que ce type d’entrainement fait partie intégrale de la préparation physique dans les sports collectifs (McGuigan, Wright, & Fleck, 2012) et pour les sports d’endurance (Berryman et al., 2017).

Des exercices dits généraux comme le squat, la fente, le soulevé de terre, la poussée et la tirade peuvent former la fondation du développement athlétique. Toutefois, les exercices devront éventuellement s’approcher des actions réalisées dans la pratique sportive. Pour la course par exemple, des exercices unilatéraux, à plus grande vitesse (exercices de pliométrie) et dont les forces déployées sont orientées à l’horizontal sont plus spécifiques à cette discipline (Young, 2006). 

Il convient donc de réexaminer les concepts de spécificité et de surcharge. L’exercice le plus spécifique est le mouvement sportif en tant que tel. Ainsi, pour qu’un mouvement réalisé à l’entrainement soit le plus spécifique possible à celui réalisé en compétition, celui-ci devrait rencontrer certains critères :

(1) similarité dans la coordination inter- et intramusculaire;

(2) similarité du positionnement des articulations lors du mouvement réalisé (ex. lancer au baseball et service au tennis);

(3) similarité de l’information sensorielle;

(4) similarité au niveau des filières énergétiques sollicitées et;

(5) similarité dans l’intention du mouvement  (Bosch, 2015).

Il n’est donc pas nécessaire de toujours soulever des charges de plus en plus lourdes. Cette surcharge peut être spatiale (ex. couvrir plus de distance lors de bondissements horizontaux), temporelle (ex. courir une même distance en moins de temps) ou même selon la complexité du mouvement réalisé.

En conclusion, il peut être intéressant de conceptualiser l’intégration de l’entrainement en résistance comme un continuum avec comme point de départ le développement des qualités physiques qui soutiennent la performance vers l’expression des mouvements réalisés dans l’action.

Références

Berryman, N., Mujika, I., Arvisais, D., Roubeix, M., Binet, C., & Bosquet, L. (2017). Strength Training for Middle- and Long- Distance Performance : A Meta-Analysis. International Journal of Sports Physiology and Performance

Bosch, F. (2015). Strength Training and Coordination : An Integrative Approach. Rotterdam, Netherlands: 2010Publishers.

McGuigan, M. R., Wright, G. a, & Fleck, S. J. (2012). Strength training for athletes: does it really help sports performance? International Journal of Sports Physiology and Performance7(1), 2–5. 

Young, W. (2006). Transfer of strength and power training to sports performance. …  Journal of Sports Physiology and Performance, 74–83.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *